Troisième humanité

de Bernard Werber

Troisième Humanité” est en réalité le premier tome d’une trilogie, dont le volume 2 s’intitule “Les micro humains” et le volume 3 “La voix de la terre“.

Difficile de faire un résumé de cette trilogie, il faut la lire. D’ailleurs, une fois la première page tournée, on est accro jusqu’à la fin du troisième volume. Dans ce récit engagé, Bernard Werber défend que nous sommes une civilisation de transition. Il y avait un avant et il y aura sans doute un après. Il nous conduit à une puissante réflexion sur l’humanité et sa place dans le monde, avec des éléments carrément bluffants ! Après cette lecture, on ne voit plus l’humanité de la même manière, cette humanité qui a tendance à se prendre pour le créateur….

Quelques mots sur l’auteur (présentation de son éditeur), qui expliquent avec quel regard il faut lire ses romans. C’est de la science fiction, mais pas que…

Dès l’âge de 16 ans, Bernard Werber écrit des nouvelles, des scénarios, des pièces de théâtre. Après des études de criminologie et de journalisme, il devient journaliste scientifique. À 30 ans, il rencontre un énorme succès avec son premier roman, Les Fourmis.
Bernard Werber propose un nouveau genre littéraire qu’il nomme « philosophie fiction », mélange de science-fiction, de philosophie et de spiritualité. À travers différents regards exotiques, extérieurs, celui des animaux, mais aussi des arbres, des divinités antiques ou de potentiels extraterrestres, il tente de comprendre la place de l’homme dans l’univers.
Il est l’un des romanciers les plus lus en France, est aussi un véritable auteur-culte en Russie et en Corée du Sud où ses livres se vendent à plusieurs millions d’exemplaires.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.