Lisez “inspirant” ou comment un livre peut changer la vie

Je venais d’avoir 23 ans. Je poursuivais mes études avec succès mais je ne savais pas trop ce que j’allais faire de mon diplôme. Plutôt optimiste de nature, j’avançais dans la vie sans trop me poser de questions. Tout allait bien et pourtant, quelque part au fond de moi, grandissait une sourde insatisfaction, sur laquelle je ne parvenais pas à mettre de mots.

Et puis un jour, un proche m’a mis entre les mains un livre intitulé “Vouloir, c’est pouvoir“. Le titre faisait écho à mon optimisme, alors je me suis laissée tenter. J’ai entamé ma lecture sans vraiment savoir à quoi m’attendre. J’étais loin, très loin d’imaginer l’impact que cette lecture allait avoir sur ma vie. Mais lorsque j’ai tourné la dernière page, je savais déjà que rien ne serait plus pareil désormais: je n’allais plus naviguer à vue dans mon existence, je pouvais en devenir l’acteur, et faire de la route qui s’ouvrait devant moi un enrichissement constant. Je venais de découvrir le “développement personnel“.

Bien des années se sont écoulées depuis et ma bibliothèque s’est enrichie de nombreux ouvrages de développement personnel. Mais “Vouloir, c’est pouvoir” continue d’occuper sur mes étagères une place privilégiée, car la seule vue de sa couverture me rappelle non seulement d’où je viens, mais aussi tout ce que la vie m’a appris sur ce sujet, tout au long de mon parcours.

Durant les premières années suivant ma “découverte”, j’ai appliqué soigneusement les principes que j’avais appris et ceux que je continuais de découvrir au fil de mes lectures. Je me fixais des objectifs, je faisais des bilans réguliers, je pratiquais la visualisation, la relaxation, je continuais de me former etc… J’en constatais chaque jour les bienfaits, je sentais combien mes lectures me galvanisaient. Je cherchais immédiatement à tester les méthodes proposées et bien des succès dans mon existence (réussite d’examens, embauche sur des postes convoités, harmonie dans ma vie personnelle…) sont le fruit de démarches actives et conscientes suscitées par mes lectures de développement personnel.

Mais…..   Avec le temps, ma vigilance s’est affaiblie. J’avais lu tant de choses, que je pensais parfaitement maîtriser ma vie. Je me sentais forte. De mes lectures, je transformais de moins en moins de choses en actions concrètes dans ma vie. Oh, j’avais déjà testé tant de choses. Et puis le temps me manquait et je gardais précieusement les ouvrages, que j’avais tout de même annotés, pour y revenir – du moins je le pensais – ultérieurement. Bien sûr, je n’en fis rien. Pire : peu à peu, j’ai espacé mes lectures de développement personnel.  J’ai fini par manquer aussi mes rendez-vous avec moi-même, j’ai consacré moins de temps à réfléchir à mes objectifs,  et j’ai parfois complètement oublié de dresser mes bilans annuels – lesquels étaient pourtant devenus une véritable institution sur mon agenda.

Résultat ? Sans m’en rendre compte, j’ai lâché les rênes de ma vie et j’ai commencé à subir les événements plutôt que de les provoquer. Il s’en est suivi plusieurs années plutôt mitigées, des périodes de déprime, un malaise latent tout au fond de moi. J’ai fini par me reprendre, au prix de quelques leçons bien sonnées que m’a infligées la Vie. De nouveaux ouvrages ont rejoint ma bibliothèque  (le premier d’entre eux étant “comment se remettre d’un burn-out“….). Je me suis remise à ….. avancer.

Bref, vous l’aurez sans doute compris : mon parcours depuis ma lecture de “vouloir c’est pouvoir” n’a pas été un long fleuve tranquille. Il a cependant été extrêmement formateur. Alors, permettez-moi de partager avec vous les 4 leçons principales que j’en ai retenues.

  1. Le développement personnel est une nécessité. L’immobilité n’existe pas, rien n’est statique en ce monde : soit on progresse, soit on régresse. A chaque instant, il nous appartient de choisir la direction que nous voulons suivre. Le  développement peut prendre diverses formes. La lecture d’ouvrages inspirants en est une particulièrement efficace.
  2. Lire ne suffit pas, il faut agir et consentir à l’effort. Nous sommes par nature souvent plutôt paresseux et bien des bonnes méthodes restent lettre morte dans nos bibliothèques. C’est pourtant dommage, car l’effort bien orienté est gratifiant et nous entraîne dans un cercle vertueux qui nous fait grandir.
  3. Rien n’est jamais acquis. La nature même du développement personnel est de ne jamais être terminé, jusqu’à notre dernier souffle. C’est aussi un jardin qu’il faut entretenir, faute de quoi la mauvaise herbe a vite fait de proliférer, sans qu’on s’en aperçoive.
  4. Il n’est jamais trop tard. Si l’on s’écarte de la voie progressiste, pour quelque raison que ce soit, il est toujours possible de redresser la barre. La vie n’est pas rancunière, bien au contraire.

Moralité : Lisez, lisez, lisez. Soyez curieux et testez. Offrez-vous du temps pour votre développement personnel : m’investir totalement dans mon travail en délaissant mon développement personnel m’a pour un temps procuré beaucoup de satisfaction, mais cela ne dure pas et avec le recul, je me suis aperçue qu’il y a plus à perdre qu’à gagner à se priver de ce temps pour soi.

Ah! Encore une chose : si lire vous paraît difficile, si vous avez du mal à arriver au bout de vos bouquins, essayez donc les audio-livres : pour ma part, j’adore partir marcher dans la campagne, mon casque sur les oreilles : la vue porte loin, la nature est belle, et les mots que j’entends résonnent encore mieux en moi ….

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à me transmettre vos commentaires ci-dessous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *