Défi de la semaine : un geste simple pour une routine matinale aux multiples effets

Dans le défi de la semaine dernière, nous avons entrepris de chasser les voleurs de temps. A l’heure qu’il est, vous devriez en avoir au moins un derrière les barreaux, non ? Pas encore ? Ne lâchez rien, vous allez y arriver! Et même si votre principal voleur de temps est hors d’état de nuire, ne fermez pas la chasse ! Il y a sûrement d’autres voleurs autour de vous, et si non, soyez certains qu’il s’en présentera régulièrement des nouveaux : alors gardez l’oeil ouvert !

Pour l’instant, le deuxième défi que je voudrais vous proposer cette année concerne votre santé. Il s’agira de boire un verre d’eau tous les matins au réveil et de faire de ce geste une nouvelle routine dans votre quotidien !

Pourquoi ce défi ?

Eh bien, vous savez peut-être déjà que l’eau représente 65 % du poids d’un adulte, qu’elle est indispensable à nos fonctions vitales et que le premier signe d’alarme est la sensation de soif. Mais saviez-vous aussi que lorsque la soif se manifeste, il est trop tard et que la déshydratation est déjà installée ?

Il n’est donc pas étonnant que nous soyons si nombreux à souffrir de déshydratation. Selon le site “waterlogic” https://www.waterlogic.fr/blog/infographie-la-france-deshydratee/, en France, 75% de la population serait déshydratée ! C’est énorme non ? Et les conséquences de la déshydratation sur notre santé sont nombreuses, comme l’illustre leur infographie reproduite ci-dessous !

Voilà pourquoi il est si important de combattre la déshydratation et de boire sans soif, régulièrement. Alors pourquoi ne pas commencer dès le réveil ? Moi, en tous cas, c’est sûr, je fais partie des 75% de déshydratés ! Alors, je vais être la première à relever le défi de cette semaine !

Comment relever ce défi concrètement ?

Tout d’abord, il est important que l’eau ne soit pas trop froide, mais plutôt à température ambiante, voire tiède. Pour le reste, il suffit d’y penser. On peut par exemple préparer son eau la veille pour l’avoir tout prête sur sa table de chevet. Au réveil, on ouvre les yeux et hop, il n’y a plus qu’à saisir son verre.

Et pour un effet encore meilleur sur votre santé, vous pouvez y ajouter le jus d’un 1/2 citron pressé. Les vertus de la combinaison eau tiède + jus de citron sont nombreuses. En voici quelques-unes :

  • la vitamine C du jus de citron va booster vos défenses immunitaires,
  • le potassium qu’il contient va stimuler votre cerveau,
  • le citron a en outre des vertus diurétiques et va donc aider à éliminer les toxines,
  • l’eau tiède, quant à elle, va stimuler l’appareil digestif,
  • sans oublier que la vitamine C est bonne pour la peau (c’est pas pour rien que tant de produits cosmétiques en contiennent).

Tout cela vous semble un peu simple, trop simple peut-être ? Vous ne vous sentez pas suffisamment challengé ? Alors là, mes p’tits loups, ne vous réjouissez pas trop vite ! D’abord, laissez-moi vous préciser une chose. Il ne s’agit pas simplement de tenir 7 jours à boire un verre d’eau tous les matins, mais vraiment d’inscrire cette routine matinale de façon durable dans votre quotidien. En ajoutant encore quelques verres d’eau ou tasses de thé tout au long de la journée, vous pourrez sans problèmes vous faire admettre dans le cercle fermé des 25% qui ne souffrent PAS de déshydratation 🙂

Alors, convaincus ? Vous allez relever le défi avec moi ?

Défi de la semaine : Identifiez votre principal voleur de temps et neutralisez-le

Voilà donc le premier défi que je vous propose pour 2019 : dépister et neutraliser votre principal voleur de temps. Voyons de quoi il s’agit.

Votre temps est précieux, c’est la seule chose que vous ne puissiez ni renouveler, ni acheter, ni emprunter. Mais vous pouvez le perdre ! Et surtout, on peut vous le voler !

Les voleurs de temps sont des malfrats particulièrement actifs et efficaces ! Et malheureusement, dans votre “zone de confort”, ils vous sont souvent devenus tellement familiers, que vous en oubliez de les pourchasser.

Et du coup, ils se servent tranquillement dans votre réserve de temps, et pompent et pompent…. Pire que les shadocks !

Mais qui sont donc ces voleurs de temps ?

Ce sont toutes les activités ou personnes qui vous prennent du temps alors que :

  • vous n’aviez pas du tout prévu de vous y consacrer
  • ce qu’ils vous font faire n’est pas du tout productif
  • ce qu’ils vous font faire est peut-être plaisant, mais sans aucun rapport avec vos priorités.

Comment faire pour les dépister ?

Ce n’est pas toujours facile de les débusquer. Ils se déguisent et prennent l’allure de gens/choses qui nous veulent du bien.

Mais voilà quelques astuces pour voir clair dans leur jeu :

  • notez, durant quelques jours, les activités/événements qui vous ont le plus occupé(e) et demandez-vous si cela était prévu et/ou utile : si vous répondez non aux deux questions, vous avez probablement mis le doigt sur un “voleur”
  • parmi vos tâches prévues et/ou utiles, demandez-vous si c’était vraiment à vous de les mener à bien et/ou si elles étaient vraiment indispensables (c’est à dire en lien direct avec vos priorités) : encore une fois, si vous répondez non aux deux questions, gare au voleur !
  • enfin, notez les interruptions que vous avez subies dans vos tâches/activités normales et demandez-vous si elles étaient justifiées et/ou indispensables pour vous (et je dis bien “pour vous”, car pour l’auteur des interruptions, elles le sont toutes…) : vous l’aurez deviné, si là aussi vous répondez non, vous avez probablement encore repéré un voleur.

Comment réagir une fois un gros voleur dépisté ?

Eh bien, il faut l’empêcher de nuire. Aha !

Là, difficile de vous donner une recette unique. Tout dépendra de la nature du voleur. Par exemple, si l’auteur du vol est une mauvaise habitude de votre part, votre défi sera de la changer (voir mon article “Comment changer enfin ses mauvaises habitudes, en 3 étapes clés”).  S’il s’agit d’une personne vous imposant ses priorités et urgences (qui pour elle justifient bien sûr de vous interrompre), votre défi sera de la recadrer et de lui dire “non”.

Un dernier conseil, même si vous identifiez plusieurs “voleurs de temps”, ne les chassez pas tous en même temps : comme dit le dicton, mieux vaut ne pas courir plusieurs lièvres à la fois !

Alors, prêt(e) à relever le défi et à traquer vos voleurs de temps ? Et bien bonne chasse et on se retrouve mardi prochain pour en faire le bilan.

 

DES DÉFIS POUR ÉVOLUER

Jim Rohn a dit : « Si vous n’êtes pas prêt à risquer l’inhabituel, vous vous assurez une vie médiocre. »

« Sortez de votre zone de confort. Vous ne pouvez grandir que si vous êtes prêt à vous sentir inconfortable en expérimentant de nouvelles choses ». Brian Tracy

Dans la vie on ne contrôle pas tout. Tôt ou tard, nous sommes confrontés à des imprévus, des changements inattendus, parfois même à de véritables tsunamis, qui nous arrachent à notre zone de confort. Pour pouvoir les affronter dans les meilleurs conditions possibles, nous devons nous préparer à ces aléas de l’existence. Et pour cela, il nous faut acquérir la compétence de relever les multiples défis qu’elles nous imposent, pour que nous puissions évoluer et en sortir grandi. Il faut nous entraîner à sortir de notre zone de confort !

Mais qu’est-ce que notre zone de confort ? Notre zone de confort, et bien c’est tout ce qui nous est familier. Elle n’est d’ailleurs pas toujours “confortable”, cette “zone de confort”. Mais les douleurs ou inconvénients qu’elle comporte nous sont familiers et nous avons donc appris à les accepter et à nous y adapter. C’est notre décors habituel, dans lequel nous évoluons comme un poisson dans l’eau.

A l’inverse, dès que nous faisons quelque chose d’inhabituel, qui nous demande de la réflexion, qui nous confronte à l’imprévu ou à l’inconnu, qui bouscule nos habitudes, nous renforçons notre personnalité, notre confiance en nous et notre capacité à nous adapter à une situation nouvelle et à en tirer quelque chose de positif.

Comment nous entraîner à sortir de notre zone de confort ? En nous exerçant à relever des défis, régulièrement. Comme un sportif s’entraîne avant sa grande compétition, nous allons nous entraîner avant que le changement ne s’impose à nous. Inutile de commencer par le défi de gravir l’Himalaya ! De petites choses feront l’affaire. L’important est de se bousculer, même si ce n’est qu’un tout petit peu, mais de le faire régulièrement.

C’est dans cette perspective que cette année, j’ai décidé de vous proposer chaque semaine un petit défi à relever, un peu comme une gymnastique pour renforcer votre capacité au changement, tout en vous faisant du bien évidemment. N’hésitez pas à adapter ces défis à votre sauce. D’ailleurs, toutes mes propositions ne vous parleront peut-être pas, mais je vous conseille tout de même d’en retenir une ou deux par mois, car comme pour le sport, l’effort n’est payant que s’il est régulier et pas seulement occasionnel.

Si vous avez besoin d’un peu plus de motivation, rappelez vous qu’un défi, ça peut aussi tout simplement :

  • être bon pour votre moral,
  • vous permettre de tester quelque chose pour voir si cela vous convient, vous fait du bien,
  • bousculer vos routines pour réveiller votre quotidien,

Et que cela va assurément :

  • vous tirer vers le haut,
  • renforcer votre confiance en vous,
  • repousser vos limites.

Enfin, n’en faites pas non plus l’affaire du siècle. Vous n’êtes pas parvenu à tenir votre défi ? Eh bien sachez que ce n’est pas un échec pour autant. Soyez certain(e) que l’effort que vous avez fourni portera ses fruits, même si c’est plus tard ou différemment.

“Je perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends.” Nelson Mandela

Alors, allez-vous essayer de vous challenger, au moins de temps en temps ? On se retrouve très vite pour notre premier défi ! En attendant, s’il y a des défis qui vous tentent particulièrement, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires ci-dessous. A très vite !