5 incontournables pour (re)prendre sa vie en main

Prendre sa vie en main, c’est un peu comme prendre le contrôle d’un bateau. Alors, imaginez que votre vie est un voyage à bord d’un voilier, et que vous en êtes le capitaine : voilà de quoi vous aurez besoin.

  1. Il vous faut une destination

Aucun capitaine digne de ce nom ne prendra la mer sans savoir où il veut aller, à moins de choisir de se laisser porter par les vents et balloter par les courants. Or ce n’est pas ce que vous voulez, n’est-ce pas, puisque vous voulez prendre votre vie en main ? Mais comment voulez-vous être maître de votre vie, si vous ne savez pas ce que vous en attendez ? La première chose à faire est donc de vous demander où sont vos priorités, quels sont vos objectifs dans la vie.

Prenez quelques minutes, là, maintenant, et posez-vous la question suivante : où est-ce que je veux être dans 5 ans ? Vous avez des difficultés à répondre ? Dans ce cas, avant d’aller plus loin, il va falloir trouver vos réponses à cette question. Et je dis bien VOS réponses, pas celles que vous insufflent vos parents, vos enseignants, ou qui que ce soit d’autre. Qu’est-ce qui est important pour vous ? Quelles sont vos valeurs, quelles sont vos sources de joie et de satisfaction, quels sont vos rêves ? Définissez vos priorités, choisissez votre destination, sinon quelqu’un d’autre le fera pour vous …

Il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va. Sénèque
  1. Il vous faut un cap, une carte et des repères

Maintenant que vous savez où vous voulez aller, il vous faut planifier votre route. Vous avez besoin :

  • d’un cap pour aller dans la bonne direction : ce seront vos objectifs à long terme
  • d’une carte avec vos étapes : vos objectifs à moyen terme
  • de repères pour avancer au quotidien : vos objectifs à court terme.

Vos objectifs à long terme devraient découler directement des priorités que vous avez identifiées précédemment. Puis vous définirez, pour chacun d’eux, les étapes à franchir pour les réaliser : ce seront vos objectifs à moyen terme. Et enfin, chaque jour, chaque semaine, il vous faudra planifier des actions qui permettront de mettre en oeuvre ces différentes étapes. Voilà encore une réflexion importante à mener. Eh oui, personne n’a dit que c’était facile. Mais c’est de votre chemin de vie qu’il s’agit, alors ne laissez pas les autres le tracer pour vous.

Le secret, c'est de vivre au jour le jour, ici et maintenant, et de bien hiérarchiser les    objectifs. Il y a la montagne à gravir et les étapes pour arriver au sommet. Ces étapes sont votre quotidien. Yannick Noah
  1. Une boussole

Même lorsque nous nous fixons des objectifs, ils sont parfois bien malmenés par les priorités que nous impose le rythme effréné du quotidien – des priorités qui ne sont d’ailleurs pas toujours les nôtres… Avec le temps, nous finissons même par perdre de vue notre projet de vie et nos objectifs à long terme. Il n’est vraiment pas facile de garder le cap, n’est-ce pas ? C’est pour cela que vous devez vous doter d’une boussole qui vous permettra, en tant que capitaine de votre vie, de contrôler régulièrement la cohérence de vos données de navigation. En d’autres termes, fixez vous régulièrement des rendez-vous avec vous-même pour faire un bilan de vos réalisations,  et vérifier si vous n’avez pas perdu de vue vos objectifs, si les objectifs que vous suivez vous correspondent toujours, si vos objectifs à court terme servent toujours vos objectifs à moyen terme, pour la réalisation de vos objectifs à long terme.

Les objectifs sont comme des dominos : le premier est un objectif immédiat, les suivants des objectifs intermédiaires et le dernier l’objectif final. Lorsque vous poussez le premier domino, celui-ci pousse les suivants et de proche en proche vous poussez le dernier domino, qui représente votre objectif final.  Anthony Girod

Un domino qui n’est plus à sa place et l’effet domino est rompu. Alors fixez-vous des rendez-vous pour ces bilans réguliers, ils sont vraiment importants. Faites-en une priorité.

  1. Un vaisseau en bon état

Maintenant vous avez un plan de voyage bien préparé, bien réfléchi, qui vous correspond vraiment, et votre boussole à portée de main, êtes-vous prêt à tenir la barre ? Pas tout à fait. Cela peut paraître évident, mais avant de prendre la mer mieux vaut s’assurer que votre bateau est en bon état. Sans entrer dans le détail ici, il s’agit bien sûr de votre hygiène de vie : on dirige mieux sa vie, on réagit mieux aux obstacles qui peuvent se présenter, on cultive plus facilement l’optimisme, quand on est reposé, quand on se nourrit de façon saine et qu’on entretien son corps. Vous trouverez quelques pistes concrètes à ce sujet ici :https://premier-pas-vers-une-nouvellevie.fr/index.php/2018/07/30/5-incontournable…e-vie-plus-saine/

  1. Une radio sur la bonne fréquence pour communiquer avec le port et les autres bateaux

Une dernière chose : vous n’êtes pas seul sur l’océan et vous aurez parfois besoin de faire escale à l’abri d’un port. Pour rester maître de votre vie, ne négligez pas votre entourage. Soignez vos relations, travaillez votre communication avec les autres, car il est plus agréable de voyager à plusieurs. Et lorsque vous aurez besoin de vous mettre à l’abri, vos proches vous offrirons une place au port. Mais soyez aussi capable, si la situation se présente, de vous éloigner des personnes toxiques qui vous tirent vers le bas, qui vous écartent de votre route : pas la peine de les suivre droit dans la tempête avec votre bateau !

Voilà, vous êtes maintenant le capitaine de votre vie et vous l’aurez compris : prendre sa vie en main, c’est être responsable, acteur, engagé et persévérant. Ce n’est pas facile, mais le voyage en vaut la peine, au moins autant que la destination. Bon vent !

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à me transmettre vos commentaires ci-dessous :

Comment changer enfin ses mauvaises habitudes, en 3 étapes clés

 

Faites la guerre à vos mauvaises habitudes et gagnez-la ! 

PREMIÈRE ÉTAPE – Définissez clairement ce dont vous ne voulez plus 

Pour combattre un ennemi efficacement, il faut parfaitement le connaître. La première étape va donc consister à bien cerner l’habitude dont vous voulez vous défaire. Sur une feuille de papier, notez les réponses aux questions suivantes :

  • Quand ce comportement se produit-il, quels sont ses déclencheurs, dans quel contexte… ?
  • Quel est l’impact négatif de la mauvaise habitude sur votre vie, sur votre corps, vos finances, sur l’utilisation que vous faites de votre temps, etc.…
  • Si vous avez pris cette habitude, aussi mauvaise soit-elle, c’est qu’elle vous a apporté un certain plaisir, un avantage, une facilité. Recherchez ce côté positif de l’habitude que vous voulez combattre : cela vous sera très utile à l’étape suivante, vous verrez !

Pourquoi cet exercice ? Parce que pour changer il faut d’abord une véritable prise de conscience, qui alimentera votre motivation et confortera votre décision de changer. Ne vous contentez pas d’une vague intention de changer, d’un sentiment diffus que « ce serait bien si… ».

En effet, changer nous demande de sortir de notre zone de confort. Or notre esprit n’aime pas ça du tout et il va nous concocter en permanence de multiples mauvaises « bonnes excuses » soi-disant rationnelles, pour nous maintenir dans l’ancienne habitude. Ne vous êtes-vous jamais dit « oh, ce n’est pas grave pour une fois… »…, ou bien  « ça sera mieux plus tard/demain/lundi prochain… », ou encore « de toute façon, je n’y arriverai pas… ». Je suis sûre que cela vous rappelle quelque chose, n’est-ce-pas ?

Définir en détail ce dont on ne veut plus est un préalable fondamental à tout changement : tous les points ce que vous allez lister en décortiquant votre mauvaise habitude seront autant d’arguments solides pour faire taire votre petite voix intérieure négative. Vous aurez défini votre « champ de bataille ».

DEUXIÈME ÉTAPE – Choisissez ce que vous voulez instaurer à la place et définissez-le en détails

Le vide n’existant pas, le meilleur moyen de changer une habitude, c’est de la remplacer par une autre, plus adaptée. Pour vous débarrasser d’une habitude, vous devez donc également réfléchir à ce qui va s’installer à la place et pourquoi. A ce stade, ne vous interrogez pas sur la manière d’y arriver. Visualisez simplement, avec le plus de précisions possibles, ce qui se passera lorsque la nouvelle habitude sera en place. Pour cela, posez-vous les questions suivantes :

  • Quelle meilleure habitude pouvez-vous développer pour contrer l’ancienne ? Attention, il doit s’agir d’un vrai substitut à l’habitude dont vous voulez vous défaire. Pas d’une frustration qui vous fera inévitablement retomber un jour ou l’autre dans vos anciens travers. Par exemple : si vous voulez changer votre alimentation, ne remplacez pas vos plats en sauce bien gras par des légumes cuits à la vapeur, ça ne marchera pas sur le long terme. Au contraire, cuisinez vos légumes frais de manière gouteuse, cherchez de nouvelles recettes, faites-vous plaisir, même si le plaisir est différent. Et surtout, faites simple ! Ne tombez pas dans le piège des solutions miracles.
  • Définissez clairement, en détails et en termes positifs, la nouvelle habitude que vous voulez ancrer dans votre vie.
  • Lister les motivations qui vous poussent à entreprendre ce changement. Vous pouvez vous inspirez de la liste des impacts négatifs de l’ancienne habitude que vous avez dressée à l’étape 1, mais n’oubliez pas d’énumérer aussi les avantages que va vous procurer la nouvelle habitude en elle-même ; l’objectif est que vous soyez quasiment capable de « ressentir » tout le bien que vous apportera la nouvelle habitude.

Tout comme pour l’étape 1, prenez note de tous ces détails pour pouvoir vous y référer régulièrement. Faites-en un tableau attractif : si votre motivation faiblit, vous pourrez y puiser de quoi la regonfler ! Vous aurez là vos « armes de guerrier » !

TROISIÈME ÉTAPE – Instaurez la nouvelle habitude à la place de l’ancienne

A l’étape 1, vous avez identifié les situations à risque, celles qui ont tendance à déclencher la mauvaise habitude. A l’étape 2, vous avez identifié ce que vous pouvez mettre en œuvre à la place lorsque ces situations à risque se produisent. Votre stratégie sera donc de « dégainer une des armes » définies à l’étape 2, lorsque vous vous trouverez sur le « champ de bataille » délimité à l’étape 1. Par conséquent :

  • Ayez toujours vos « armes » à portée de main. Par exemple, les légumes dans votre frigo pour remplacer les plats cuisinés caloriques du commerce ; le livre de chevet passionnant qui vous évitera de rester trop tard devant la télé ; les baskets pour prendre l’air au lieu de grignoter ; la bouteille d’eau pour boire au lieu de fumer….. L’important est de faire en sorte d’être prêt à affronter les situations critiques sans être en état de frustration. Souvenez-vous que l’objectif est de remplacer quelque chose qui vous plaisait (mais vous faisait du mal) par quelque chose qui vous plait (et vous fait du bien).
  • noter ce que vous entreprenez pour mettre en place la nouvelle habitude (par exemple en cochant sur un calendrier) chaque fois que vous avez réalisé la chose dont vous voulez faire une habitude. Visualiser votre parcours : cela vous aidera à vous rappeler qu’il s’agit d’un “parcours” et qu’il faut donc être persévérant.
  • marquer vos progrès : personnellement, étant très visuelle, je dessine un petit soleil jaune sur mon calendrier pour une semaine réussie; pour un mois réussi, je m’offre un petit plaisir. Et quand je dis “réussi”, ce n’est pas forcément parfait, mais dès lors qu’il y a progrès, pour moi c’est “réussi”. Trouvez vos astuces pour acter vos progrès : cela peut paraître simpliste, mais cela entretient vraiment la motivation.
  • Parfois, il pourra aussi être utile de revoir votre objectif en cours de route, pour l’adapter à la réalité que vous aurez expérimentée en mettant en œuvre l’habitude telle que définie au départ. Cela signifie qu’il faut vous observer, sur le parcours d’ancrage d’une nouvelle habitude, être à votre écoute.
  • Donnez-vous le temps nécessaire. Je vous ai déjà mis en garde contre les solutions miracles. Elles vous promettent souvent des résultats faciles et rapides. Mais nous savons tous que cela ne fonctionne pas comme ça. Non seulement les résultats ne tiennent pas sur le long terme, mais ces solutions-là se font souvent payer au prix fort, au détriment de notre santé et de nos finances, pour nous faire retomber plus bas que nous étions au départ ! Alors soyez patients ! Acceptez que le changement se fasse dans la durée et pas d’un simple coup de baguette magique.
  • Acceptez aussi l’imperfection de la période d’ancrage de la nouvelle habitude.  La conséquence du temps que requière une habitude pour se mettre en place est que le résultat ne sera pas parfait tout de suite. Il faut des semaines, parfois des mois pour ancrer une nouvelle habitude. Le parcours est forcément parsemé de petits échecs, de périodes où vous aurez du mal. Le sachant, soyez indulgent avec vous-même : comme quand on tombe de cheval, il faut simplement tout de suite se remettre en selle. Vous verrez qu’avec le temps, votre volonté sera de plus en plus solide, à mesure que la nouvelle habitude s’ancrera dans votre quotidien. Personnellement, j’ai souvent constaté que plus la nouvelle habitude que l’on met en place s’adapte à nos besoins réels, plus la satisfaction de sa mise en œuvre est grande; et plus nous ressentons de la satisfaction à faire quelque chose, plus nous avons envie de le refaire. Un cercle vertueux s’installe et, peu à peu, la nouvelle habitude s’ancre tout simplement parce qu’elle nous fait du bien.
  • Enfin, surtout ne lâchez rien ! Nombreux sont ceux jettent l’éponge trop vite, persuadés qu’ils n’y arriveront pas. C’EST FAUX. Il est normal de connaître des échecs. Souvenez-vous que “Réussir, c’est tomber 7 fois et se relever 8 fois” (proverbe japonais). Alors, ne vous flagellez pas parce qu’il y a des dérapages, la vie n’est pas un long fleuve tranquille ! Et bien sûr, relisez régulièrement vos notes des étapes précédentes : il faut soutenir le moral des troupes pour gagner une guerre!  Et vous verrez que, comme disait Winston Churchill, « Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal : c’est le courage de continuer qui compte » !

Vous avez des astuces pour adopter changer d’habitude ou bien des difficultés particulières à le faire ? N’hésitez pas à les partager avec nous dans les commentaires ci-dessous.