Envie de lecture – Devenir minimaliste par Anne-Sophie Monod

« Faites le vide ! Peu de choses sont finalement nécessaires à notre bonheur ; en vivant avec moins, vous vivrez mieux. » Telle est la promesse de l’auteure, Anne-Sophie Monod, résolument minimaliste. Dans “Devenir minimaliste“, elle passe en revue avec méthode toutes les pièces de la maison et pour sûr, vous vous reconnaitrez dans bon nombre de ses descriptions (euh, elle a écrit son bouquin dans mon salon ?).

Dans l’ensemble, le livre regorge de bons conseils pour vous permettre de désencombrer votre intérieur et de cesser d’être esclave des choses que vous avez accumulées. Pas à pas, l’auteure dévoile sa méthode pour se débarrasser du superflu et “retrouver forme, vitalité, joie et dynamisme” dans un environnement plus épuré.

Pour ma part, après avoir lu “Devenir minimaliste“, je suis plutôt convaincue, et c’est sûr, je vais m’attaquer à mon stock d’échantillons de produits de beauté, aux multiples objets « au cas où » qui encombrent ma maison, à ma penderie qui regorge de doublons et de pièces démodées et à la collection impressionnante de bijoux fantaisie en tous genre qui prennent la poussière dans ma chambre à coucher.

En revanche, certaines propositions ne me conviennent pas du tout. Quand on me propose de défaire tous mes albums photos pour trier les clichés et en jeter un maximum, c’est certain que je le ferai jamais. Pas mon truc non plus d’hydrater ma peau avec l’huile d’olive de la cuisine. Quant à me débarrasser de mon assortiment de verrines, même si elles ne servent qu’une fois l’an et encore, pas toutes, n’y songez même pas !

Bref, vous l’aurez compris, les idées et propositions d’Anne-Sophie Monod sont multiples : mais il n’est pas nécessaire de les appliquer toutes ; chacun pourra trouver celles qui lui conviennent le mieux pour alléger son intérieur, selon ses propres critères et priorités.

Maintenant, y’a plus qu’à….

Défi de la semaine : Résister au chant des sirènes des centres commerciaux

Il y a trois semaines, je vous ai proposé le défi de jeter, donner ou vendre 10 objets qui vous encombrent et/ou ne vous servent plus. C’est vrai, il faut bien le reconnaître, dans notre société de consommation à outrance, nos maisons ont tendance à être bien trop chargées. Mais pour lutter contre ce « trop plein », il ne suffit pas de désencombrer – même si cette démarche est bien sûr nécessaire. Il faut aussi « fermer le robinet », c’est à dire cesser d’engranger des choses dont on n’a pas vraiment besoin.

Et quels sont nos pires ennemis en la matière ? Eh bien, ce sont les grandes surfaces ! Nous seulement, elles regorgent de produits de toutes sortes, présentés de façon attirantes, avec un marketing très agressif, mais souvent le passage obligé pour y accéder est une vaste galerie marchande, avec encore plus de tentations de toutes sortes ! Dans un tel environnement, même avec la meilleure volonté du monde, on finit par craquer. Et hop, à vous ce superbe gadget promettant de vous simplifier la vie comme jamais … Gadget qui finit dans un placard où il prendra sa retraite avant même d’avoir servi. Et hop, à vous ce petit haut ultra mode qui va rejoindre la tribu de tous ceux qui attendent déjà sagement dans votre penderie. Et hop, dans votre caddy, ces chocolats en promo, alors que vous voulez perdre du poids. Et hop, la gamme complète des produits terroirs vanté par le vendeur à la criée. On a beau partir avec une liste de course et la ferme résolution de s’y tenir, les techniques de vente de ces endroits sont tellement bien rôdées, que même les plus déterminés finissent par y succomber.

Vous en avez assez de tous ces achats compulsifs, du marathon dans la cohue du samedi matin, du temps perdu et des dépenses non prévues qui finissent par plomber votre budget ?  Alors, cette semaine, votre défi – si vous l’acceptez – sera de résister au chant des sirènes des centres commerciaux !

Pas facile, me direz-vous. Il faut bien remplir le frigo. Alors voici une petite astuce qui vous aidera à tenir bon : essayez le drive !

Depuis les années 2010, les drives se sont multipliés sur l’ensemble du territoire. Tous les grands distributeurs vous proposent de faire vos courses en ligne : Auchan Drive, Super U Drive, Carrefour Drive, Leclerc Drive, etc.  

Le concept est simple : vous vous rendez sur le site internet du distributeur le plus proche de votre domicile, vous faites votre choix parmi une vaste sélection d’articles, vous passez votre commande et payez en ligne. Et pour finir, vous choisissez, l’heure et le jour qui vous convient pour le retrait de vos courses. Le moment venu, il ne vous faudra pas plus de 5 minutes pour récupérer vos achats qui ne demanderont qu’à être chargés dans le coffre de votre voiture. Certaines enseignes vous proposent même de vous livrer à domicile.

Bilan de l’opération ?

– vous aurez évité la course au milieu des rayons

– vous aurez évité les files d’attente interminables à la caisse

– vous aurez évité tous les pièges des têtes de gondoles et de la galerie marchande et vous n’aurez acheté que ce que vous vouliez vraiment

– vous aurez fait vos courses tranquillement dans votre canapé, au moment qui vous convient le plus, même à 10h du soir

– et si avant de faire vos courses en ligne, vous avez pris le temps de préparer un plan de menus pour la semaine, vous n’aurez jamais autant été dans le contrôle de votre temps, votre argent et vos choix de vie.

Alors bien sûr, il vous faudra un peu de temps pour prendre vos marques parmi les produits proposés sur le drive. Le choix est plus limité qu’en magasin. Mais si votre produit fétiche n’y figure pas, n’hésitez pas à contacter le commerçant : cela m’est arrivé et j’ai obtenu sans problème que le produit que je recherchais soit ajouté à l’offre en ligne. Il suffisait de demander. La plupart des sites vous permettent également de créer des listes de produits favoris, ce qui facilitera vos courses suivantes.

Pour moi, le passage au drive a été sans conteste une excellente décision pour une vie plus zen et maîtrisée. Car non seulement, je ne m’égare plus en vaines dépenses dans les galeries marchandes, mais le temps gagné m’a permis de me rendre chaque semaine chercher mes produits frais directement chez le fermier du coin. Légumes et fruits frais et de saison, charcuterie et produits laitiers produits dans les alentours, un vrai bonheur ! D’une certaine manière, le drive m’a aussi permis d’être plus éco-responsable dans ma consommation : sur le drive, j’ai tout mon temps pour lire les descriptions des produits, m’assurer de leur origine, de leur mode de production, et mes fruits et légumes ne font plus trois fois le tour de la planète, avec l’empreinte carbone que cela implique !

Et vous, le drive combiné avec les producteurs proches de chez vous, ça vous inspire quoi ?

Défi de la semaine : Donner, jeter ou vendre 10 objets

Il faut vraiment que je range ce foutoir ! … J’en ai marre de passer tout ce temps à ranger, nettoyer, faire le ménage ! … C’est quoi ce truc ? … Demain, je vais trier toutes ces revues ! … Oh zut, la date limite de conservation est dépassée ! … Range ton b…. s’il te plait ! … Mais où j’ai bien pu mettre ce machin ?…….

Ça vous rappelle quelque chose, tout ça ? Alors, j’ai un excellent défi à vous proposer ! Je vous explique.

Ce n’est pas un scoop : la plupart du temps, nos maisons sont remplies de tellement de choses que nous finissons par ne plus en maîtriser la gestion : le rangement et l’entretien de toutes ces choses ne se font plus qu’au prix de beaucoup de temps et d’efforts qu’on aurait bien voulu consacrer à autre chose. Quand ce ne sont pas carrément les objets qui ont pris le pouvoir en occupant tout le territoire !

Moi, dans ma maison, j’avais fini par avoir le sentiment que les choses avaient pris le pouvoir, que mon chez-moi était devenu leur territoire. Me lancer dans le ménage relevait de la déclaration de guerre et j’étais “vaincue” avant même d’avoir commencé. J’étouffais littéralement et j’avais l’impression que l’énergie ne circulait plus chez moi.

Au bord de l’asphyxie, je me suis mise à rêver : tous ces beaux articles sur le désencombrement, sur l’art de vivre mieux avec moins, toutes ces belles photos d’espaces sobres et épurés…. Et si la solution n’était pas dans la gestion, mais dans l’extermination ! J’ai lu des tonnes d’articles, des dizaines de livres sur le sujet. Mais au final, quand venait le moment de mettre en pratique, l’ampleur et la complexité de la tâche me paralysait.

Alors j’ai rendu les armes, je me suis défilée avant de livrer bataille : quelle lâcheté, me direz-vous ! Non mais attendez…. Je dis que j’ai retiré ma déclaration de guerre, je n’ai pas dit que j’avais renoncé ! Que nenni ! j’allais tout simplement être plus futée que toute cette armée d’objets qui me narguaient ! De soldat sur la ligne de front, je me suis faite agent de l’ombre.

Non attendez, ne partez pas ! C’est bon, j’arrête mon roman d’espionnage et je vous explique concrètement.

Puisque nos maisons sont trop pleines, il faut leur faire subir une cure d’amaigrissement. “Désencombrer” est désormais le terme consacré : si vous faites une recherche sur Google, la liste des résultats n’en finit pas et les solutions et méthodes proposées sont pléthores. J’ai perdu beaucoup de temps à les explorer pour constater qu’elles étaient finalement toutes plus compliquées les unes que les autres. C’est vrai, qui donc a le temps de se lancer pendant des heures dans de vastes opérations de tri, pièce par pièce, catégorie d’objets, par catégorie d’objets. Pas moi en tous cas. Je me suis donc lancée un défi bien plus simple et pragmatique. Et c’est ce défi que je vous propose aujourd’hui.

Cette semaine, votre mission sera de trouver 10 objets à donner, vendre  ou jeter. Et je vais vous expliquer comment vous y prendre, sans y consacrer des heures et sans vous épuiser à la tâche, physiquement et nerveusement.

Voyons tout d’abord où trouver ces objets ?

N’allez pas vous mettre à errer comme une âme en peine dans votre maison. Soyez stratège. Pour commencer, cherchez là où vous avez le plus de chance de trouver des candidats à l’extermination et où votre action sera le plus bénéfique : pour cela, posez-vous tout d’abord la question de savoir quel est selon vous l’endroit le plus encombré chez vous ? Répondez spontanément, votre ressenti est le plus important, il ne vous trompera pas.

  • Chez moi, c’était sans hésiter le bureau : c’est là que je passe le plus de temps et donc là que j’ai tendance à entasser le plus de choses, reportant aux calendes grecques le moment de faire les tris qui s’imposent.
  • La cuisine a aussi été un bon candidat (conserves et épices aux dates limites dépassées, piles de recettes qu’on n’utilisera jamais, 36 assiettes (alors qu’on n’est plus que 2 à la maison et qu’en cas de visite j’utilise mon “beau” service), robot tout pourri qui encombre mon plan de travail alors que je m’en sers plus depuis que j’ai investi dans un thermomix, etc…

Maintenant, comment être sûr(e) de vos choix pour les objets à éliminer ?

Le diagramme ci-dessous vous propose un petit test que vous pouvez faire passer à chaque objet pour lequel vous avez des doutes. En gros, vous pourrez vous débarrasser de tout ce qui ne vous a pas servi depuis longtemps, qui n’a pas de valeur sentimentale particulière, qui n’est plus en bon état et ne mérite pas d’être réparé.

Prêts à relever le défi ? Allez, c’est bien moins difficile qu’il n’y paraît : pensez aux chaussettes orphelines, aux habits de bébé (c’est bon, votre dernier a passé ses 10 ans), aux vieilles revues, aux publicités, tout ça compte aussi.

Lorsque vous aurez trouvé vos 10 objets, n’hésitez plus : statuez sur leur sort et dans la foulée, jetez, vendez ou donnez, mais en tous cas agissez. Si vous ne le faites pas tout de suite, ces objets seront toujours là dans 6 mois 😉

Une dernière chose : lorsque vous aurez courageusement relevé ce défi, prenez le temps de prêter attention à votre ressenti. C’est jouissif, non ? On respire, on se sent en maîtrise, ça fait du bien, quoi ! Alors n’en restez pas là; faites de ce petit jeu une routine. Imaginez un instant que toutes les semaines vous parveniez à vous défaire ne serait-ce que de 5 objets. L’an prochain à la même date vous aurez fait un sort à plus de 250 objets. Même si d’ici là, bien sûr, d’autres objets auront fait leur entrée chez vous, ne croyez-vous pas que votre environnement aurait bien changé ?

N’oubliez pas les mots de Saint-Exupéry :

La perfection est atteinte, non pas quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à enlever.

Défi de la semaine : Identifier votre principal voleur de temps et le neutraliser

Voilà donc le premier défi que je vous propose pour 2019 : dépister et neutraliser votre principal voleur de temps. Voyons de quoi il s’agit.

Votre temps est précieux, c’est la seule chose que vous ne puissiez ni renouveler, ni acheter, ni emprunter. Mais vous pouvez le perdre ! Et surtout, on peut vous le voler !

Les voleurs de temps sont des malfrats particulièrement actifs et efficaces ! Et malheureusement, dans votre “zone de confort”, ils vous sont souvent devenus tellement familiers, que vous en oubliez de les pourchasser.

Et du coup, ils se servent tranquillement dans votre réserve de temps, et pompent et pompent…. Pire que les shadocks !

Mais qui sont donc ces voleurs de temps ?

Ce sont toutes les activités ou personnes qui vous prennent du temps alors que :

  • vous n’aviez pas du tout prévu de vous y consacrer
  • ce qu’ils vous font faire n’est pas du tout productif
  • ce qu’ils vous font faire est peut-être plaisant, mais sans aucun rapport avec vos priorités.

Comment faire pour les dépister ?

Ce n’est pas toujours facile de les débusquer. Ils se déguisent et prennent l’allure de gens/choses qui nous veulent du bien.

Mais voilà quelques astuces pour voir clair dans leur jeu :

  • notez, durant quelques jours, les activités/événements qui vous ont le plus occupé(e) et demandez-vous si cela était prévu et/ou utile : si vous répondez non aux deux questions, vous avez probablement mis le doigt sur un “voleur”
  • parmi vos tâches prévues et/ou utiles, demandez-vous si c’était vraiment à vous de les mener à bien et/ou si elles étaient vraiment indispensables (c’est à dire en lien direct avec vos priorités) : encore une fois, si vous répondez non aux deux questions, gare au voleur !
  • enfin, notez les interruptions que vous avez subies dans vos tâches/activités normales et demandez-vous si elles étaient justifiées et/ou indispensables pour vous (et je dis bien “pour vous”, car pour l’auteur des interruptions, elles le sont toutes…) : vous l’aurez deviné, si là aussi vous répondez non, vous avez probablement encore repéré un voleur.

Comment réagir une fois un gros voleur dépisté ?

Eh bien, il faut l’empêcher de nuire. Aha !

Là, difficile de vous donner une recette unique. Tout dépendra de la nature du voleur. Par exemple, si l’auteur du vol est une mauvaise habitude de votre part, votre défi sera de la changer (voir mon article “Comment changer enfin ses mauvaises habitudes, en 3 étapes clés”).  S’il s’agit d’une personne vous imposant ses priorités et urgences (qui pour elle justifient bien sûr de vous interrompre), votre défi sera de la recadrer et de lui dire “non”.

Un dernier conseil, même si vous identifiez plusieurs “voleurs de temps”, ne les chassez pas tous en même temps : comme dit le dicton, mieux vaut ne pas courir plusieurs lièvres à la fois !

Alors, prêt(e) à relever le défi et à traquer vos voleurs de temps ? Et bien bonne chasse et on se retrouve mardi prochain pour un nouveau défi.