Défi de la semaine : donner, jeter ou vendre 10 objets

Il faut vraiment que je range ce foutoir ! … J’en ai marre de passer tout ce temps à ranger, nettoyer, faire le ménage ! … C’est quoi ce truc ? … Demain, je vais trier toutes ces revues ! … Oh zut, la date limite de conservation est dépassée ! … Range ton b…. s’il te plait ! … Mais où j’ai bien pu mettre ce machin ?…….

Ça vous rappelle quelque chose, tout ça ? Alors, j’ai un excellent défi à vous proposer ! Je vous explique.

Ce n’est pas un scoop : la plupart du temps, nos maisons sont remplies de tellement de choses que nous finissons par ne plus en maîtriser la gestion : le rangement et l’entretien de toutes ces choses ne se font plus qu’au prix de beaucoup de temps et d’efforts qu’on aurait bien voulu consacrer à autre chose. Quand ce ne sont pas carrément les objets qui ont pris le pouvoir en occupant tout le territoire !

Moi, dans ma maison, j’avais fini par avoir le sentiment que les choses avaient pris le pouvoir, que mon chez-moi était devenu leur territoire. Me lancer dans le ménage relevait de la déclaration de guerre et j’étais “vaincue” avant même d’avoir commencé. J’étouffais littéralement et j’avais l’impression que l’énergie ne circulait plus chez moi.

Au bord de l’asphyxie, je me suis mise à rêver : tous ces beaux articles sur le désencombrement, sur l’art de vivre mieux avec moins, toutes ces belles photos d’espaces sobres et épurés…. Et si la solution n’était pas dans la gestion, mais dans l’extermination ! J’ai lu des tonnes d’articles, des dizaines de livres sur le sujet. Mais au final, quand venait le moment de mettre en pratique, l’ampleur et la complexité de la tâche me paralysait.

Alors j’ai rendu les armes, je me suis défilée avant de livrer bataille : quelle lâcheté, me direz-vous ! Non mais attendez…. Je dis que j’ai retiré ma déclaration de guerre, je n’ai pas dit que j’avais renoncé ! Que nenni ! j’allais tout simplement être plus futée que toute cette armée d’objets qui me narguaient ! De soldat sur la ligne de front, je me suis faite agent de l’ombre.

Non attendez, ne partez pas ! C’est bon, j’arrête mon roman d’espionnage et je vous explique concrètement.

Puisque nos maisons sont trop pleines, il faut leur faire subir une cure d’amaigrissement. “Désencombrer” est désormais le terme consacré : si vous faites une recherche sur Google, la liste des résultats n’en finit pas et les solutions et méthodes proposées sont pléthores. J’ai perdu beaucoup de temps à les explorer pour constater qu’elles étaient finalement toutes plus compliquées les unes que les autres. C’est vrai, qui donc a le temps de se lancer pendant des heures dans de vastes opérations de tri, pièce par pièce, catégorie d’objets, par catégorie d’objets. Pas moi en tous cas. Je me suis donc lancée un défi bien plus simple et pragmatique. Et c’est ce défi que je vous propose aujourd’hui.

Cette semaine, votre mission sera de trouver 10 objets à donner, vendre  ou jeter. Et je vais vous expliquer comment vous y prendre, sans y consacrer des heures et sans vous épuiser à la tâche, physiquement et nerveusement.

Voyons tout d’abord où trouver ces objets ?

N’allez pas vous mettre à errer comme une âme en peine dans votre maison. Soyez stratège. Pour commencer, cherchez là où vous avez le plus de chance de trouver des candidats à l’extermination et où votre action sera le plus bénéfique : pour cela, posez-vous tout d’abord la question de savoir quel est selon vous l’endroit le plus encombré chez vous ? Répondez spontanément, votre ressenti est le plus important, il ne vous trompera pas.

  • Chez moi, c’était sans hésiter le bureau : c’est là que je passe le plus de temps et donc là que j’ai tendance à entasser le plus de choses, reportant aux calendes grecques le moment de faire les tris qui s’imposent.
  • La cuisine a aussi été un bon candidat (conserves et épices aux dates limites dépassées, piles de recettes qu’on n’utilisera jamais, 36 assiettes (alors qu’on n’est plus que 2 à la maison et qu’en cas de visite j’utilise mon “beau” service), robot tout pourri qui encombre mon plan de travail alors que je m’en sers plus depuis que j’ai investi dans un thermomix, etc…

Maintenant, comment être sûr(e) de vos choix pour les objets à éliminer ?

Le diagramme ci-dessous vous propose un petit test que vous pouvez faire passer à chaque objet pour lequel vous avez des doutes. En gros, vous pourrez vous débarrasser de tout ce qui ne vous a pas servi depuis longtemps, qui n’a pas de valeur sentimentale particulière, qui n’est plus en bon état et ne mérite pas d’être réparé.

Prêts à relever le défi ? Allez, c’est bien moins difficile qu’il n’y paraît : pensez aux chaussettes orphelines, aux habits de bébé (c’est bon, votre dernier a passé ses 10 ans), aux vieilles revues, aux publicités, tout ça compte aussi.

Lorsque vous aurez trouvé vos 10 objets, n’hésitez plus : statuez sur leur sort et dans la foulée, jetez, vendez ou donnez, mais en tous cas agissez. Si vous ne le faites pas tout de suite, ces objets seront toujours là dans 6 mois 😉

Une dernière chose : lorsque vous aurez courageusement relevé ce défi, prenez le temps de prêter attention à votre ressenti. C’est jouissif, non ? On respire, on se sent en maîtrise, ça fait du bien, quoi ! Alors n’en restez pas là; faites de ce petit jeu une routine. Imaginez un instant que toutes les semaines vous parveniez à vous défaire ne serait-ce que de 5 objets. L’an prochain à la même date vous aurez fait un sort à plus de 250 objets. Même si d’ici là, bien sûr, d’autres objets auront fait leur entrée chez vous, ne croyez-vous pas que votre environnement aurait bien changé ?

N’oubliez pas les mots de Saint-Exupéry :

La perfection est atteinte, non pas quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à enlever.

Défi de la semaine : Visualiser et décrire sa vie dans 5 ans

Lorsque vous conduisez en voiture, à vélo, ou même lorsque vous marchez, que regardez-vous ? Vous regardez loin devant vous, les yeux levés vers l’horizon. Pourquoi ? Parce que si vous ne fixez que ce qu’il y a juste devant vos pieds, votre capot ou votre roue, sans jamais lever les yeux…. eh bien…. passez-moi l’expression, mais vous allez vous casser la figure !

Dans la gestion de votre vie, c’est exactement la même chose. Si vous persistez à garder la tête dans le guidon, vous allez droit dans le mur ! Croyez-moi, je sais de quoi je parle ! (Allez jeter un oeil ici et vous verrez comment je me suis plantée). Et si vous n’avez pas encore rencontré “votre mur”, vous connaissez peut-être ce sentiment diffus de tourner en rond, de rater des choses importantes, avec une sourde insatisfaction qui grandit en vous.

Si là tout de suite je vous demande : “où voulez-vous être dans 5 ans ?” Saurez-vous me répondre spontanément ? Vous avez peut-être une vague idée, ou bien l’un ou l’autre grand “rêve”. Mais serez-vous vraiment capable de me décrire, dans tous ses aspects, la vie idéale que vous souhaiteriez avoir dans 5 ans ? Si comme moi, vous éprouvez une petite (ou même grande) gêne devant cette question, ce défi est fait pour vous.

Ne serait-il pas plus agréable d’avancer dans la vie en sachant vraiment ce que vous en attendez, ce à côté de quoi vous ne voulez pas passer, quelles sont vos vraies priorités ?

Alors prenez le temps de réfléchir vraiment à cette question et visualisez en détail la vie que vous voudriez avoir dans 5 ans. Et ne vous contentez pas d’en rêver, écrivez-le noir sur blanc, avec tous les détails que vous pourrez !

Je sais, l’exercice n’est pas simple. Alors laissez-moi vous suggérer une méthode :

  • prenez une feuille de papier ou un petit carnet que vous allez laisser bien en évidence, à un endroit où vous passez souvent. Si cela peut vous aider, inscrivez dessus, en grosses lettres : “DANS CINQ ANS…” ;
  • chaque fois qu’une idée vous viendra cette semaine à ce sujet, notez-la sur votre feuille ou dans votre carnet. Ne censurez rien. Laissez sortir ce qui remonte en vous ;
  • tous les jours, trouvez quelques minutes pour vous isoler, fermer les yeux et penser à votre vie dans 5 ans; endormez-vous en pensant à cette question. Là aussi, laissez venir toutes les images, toutes les sensations, puis notez-les ;
  • à la fin de la semaine, relisez tout ce que vous avez noté “en vrac” et cette fois, comme à l’école lorsqu’on vous demandait d’écrire une rédaction, racontez cette belle histoire, votre vie dans 5 ans, décrivez-la en détail, prenez-y du plaisir, autorisez-vous le succès et l’abondance, pointez sur ce qui vous est indispensable, ceux qui vous sont indispensables, dans ce tableau que vous êtes en train de peindre ;
  • Ce petit texte (allez, 10 lignes au minimum, ce n’est rien 10 lignes, même si vous écrivez petit), ce sera le marqueur d’un défi relevé.

Lorsque votre “rédaction” sera terminée, surtout gardez la précieusement et relisez-là souvent. Car ce que vous aurez fait là, en réalité, c’est déjà le premier pas vers cette vie dont vous rêvez. À partir de là, vous pourrez vous fixer des objectifs précis et concrets, à court et moyen terme, prendre des décisions éclairées, apprendre à dire non à ce qui n’a pas sa place dans votre tableau….. Mais tout ça, c’est une autre histoire et nous y reviendrons bien sûr, dans d’autres défis.

Défi de la semaine : un geste simple pour une routine matinale aux multiples effets

Dans le défi de la semaine dernière, nous avons entrepris de chasser les voleurs de temps. A l’heure qu’il est, vous devriez en avoir au moins un derrière les barreaux, non ? Pas encore ? Ne lâchez rien, vous allez y arriver! Et même si votre principal voleur de temps est hors d’état de nuire, ne fermez pas la chasse ! Il y a sûrement d’autres voleurs autour de vous, et si non, soyez certains qu’il s’en présentera régulièrement des nouveaux : alors gardez l’oeil ouvert !

Pour l’instant, le deuxième défi que je voudrais vous proposer cette année concerne votre santé. Il s’agira de boire un verre d’eau tous les matins au réveil et de faire de ce geste une nouvelle routine dans votre quotidien !

Pourquoi ce défi ?

Eh bien, vous savez peut-être déjà que l’eau représente 65 % du poids d’un adulte, qu’elle est indispensable à nos fonctions vitales et que le premier signe d’alarme est la sensation de soif. Mais saviez-vous aussi que lorsque la soif se manifeste, il est trop tard et que la déshydratation est déjà installée ?

Il n’est donc pas étonnant que nous soyons si nombreux à souffrir de déshydratation. Selon le site “waterlogic” https://www.waterlogic.fr/blog/infographie-la-france-deshydratee/, en France, 75% de la population serait déshydratée ! C’est énorme non ? Et les conséquences de la déshydratation sur notre santé sont nombreuses, comme l’illustre leur infographie reproduite ci-dessous !

Voilà pourquoi il est si important de combattre la déshydratation et de boire sans soif, régulièrement. Alors pourquoi ne pas commencer dès le réveil ? Moi, en tous cas, c’est sûr, je fais partie des 75% de déshydratés ! Alors, je vais être la première à relever le défi de cette semaine !

Comment relever ce défi concrètement ?

Tout d’abord, il est important que l’eau ne soit pas trop froide, mais plutôt à température ambiante, voire tiède. Pour le reste, il suffit d’y penser. On peut par exemple préparer son eau la veille pour l’avoir tout prête sur sa table de chevet. Au réveil, on ouvre les yeux et hop, il n’y a plus qu’à saisir son verre.

Et pour un effet encore meilleur sur votre santé, vous pouvez y ajouter le jus d’un 1/2 citron pressé. Les vertus de la combinaison eau tiède + jus de citron sont nombreuses. En voici quelques-unes :

  • la vitamine C du jus de citron va booster vos défenses immunitaires,
  • le potassium qu’il contient va stimuler votre cerveau,
  • le citron a en outre des vertus diurétiques et va donc aider à éliminer les toxines,
  • l’eau tiède, quant à elle, va stimuler l’appareil digestif,
  • sans oublier que la vitamine C est bonne pour la peau (c’est pas pour rien que tant de produits cosmétiques en contiennent).

Tout cela vous semble un peu simple, trop simple peut-être ? Vous ne vous sentez pas suffisamment challengé ? Alors là, mes p’tits loups, ne vous réjouissez pas trop vite ! D’abord, laissez-moi vous préciser une chose. Il ne s’agit pas simplement de tenir 7 jours à boire un verre d’eau tous les matins, mais vraiment d’inscrire cette routine matinale de façon durable dans votre quotidien. En ajoutant encore quelques verres d’eau ou tasses de thé tout au long de la journée, vous pourrez sans problèmes vous faire admettre dans le cercle fermé des 25% qui ne souffrent PAS de déshydratation 🙂

Alors, convaincus ? Vous allez relever le défi avec moi ?

DES DÉFIS POUR ÉVOLUER

Jim Rohn a dit : « Si vous n’êtes pas prêt à risquer l’inhabituel, vous vous assurez une vie médiocre. »

« Sortez de votre zone de confort. Vous ne pouvez grandir que si vous êtes prêt à vous sentir inconfortable en expérimentant de nouvelles choses ». Brian Tracy

Dans la vie on ne contrôle pas tout. Tôt ou tard, nous sommes confrontés à des imprévus, des changements inattendus, parfois même à de véritables tsunamis, qui nous arrachent à notre zone de confort. Pour pouvoir les affronter dans les meilleurs conditions possibles, nous devons nous préparer à ces aléas de l’existence. Et pour cela, il nous faut acquérir la compétence de relever les multiples défis qu’elles nous imposent, pour que nous puissions évoluer et en sortir grandi. Il faut nous entraîner à sortir de notre zone de confort !

Mais qu’est-ce que notre zone de confort ? Notre zone de confort, et bien c’est tout ce qui nous est familier. Elle n’est d’ailleurs pas toujours “confortable”, cette “zone de confort”. Mais les douleurs ou inconvénients qu’elle comporte nous sont familiers et nous avons donc appris à les accepter et à nous y adapter. C’est notre décors habituel, dans lequel nous évoluons comme un poisson dans l’eau.

A l’inverse, dès que nous faisons quelque chose d’inhabituel, qui nous demande de la réflexion, qui nous confronte à l’imprévu ou à l’inconnu, qui bouscule nos habitudes, nous renforçons notre personnalité, notre confiance en nous et notre capacité à nous adapter à une situation nouvelle et à en tirer quelque chose de positif.

Comment nous entraîner à sortir de notre zone de confort ? En nous exerçant à relever des défis, régulièrement. Comme un sportif s’entraîne avant sa grande compétition, nous allons nous entraîner avant que le changement ne s’impose à nous. Inutile de commencer par le défi de gravir l’Himalaya ! De petites choses feront l’affaire. L’important est de se bousculer, même si ce n’est qu’un tout petit peu, mais de le faire régulièrement.

C’est dans cette perspective que cette année, j’ai décidé de vous proposer chaque semaine un petit défi à relever, un peu comme une gymnastique pour renforcer votre capacité au changement, tout en vous faisant du bien évidemment. N’hésitez pas à adapter ces défis à votre sauce. D’ailleurs, toutes mes propositions ne vous parleront peut-être pas, mais je vous conseille tout de même d’en retenir une ou deux par mois, car comme pour le sport, l’effort n’est payant que s’il est régulier et pas seulement occasionnel.

Si vous avez besoin d’un peu plus de motivation, rappelez vous qu’un défi, ça peut aussi tout simplement :

  • être bon pour votre moral,
  • vous permettre de tester quelque chose pour voir si cela vous convient, vous fait du bien,
  • bousculer vos routines pour réveiller votre quotidien,

Et que cela va assurément :

  • vous tirer vers le haut,
  • renforcer votre confiance en vous,
  • repousser vos limites.

Enfin, n’en faites pas non plus l’affaire du siècle. Vous n’êtes pas parvenu à tenir votre défi ? Eh bien sachez que ce n’est pas un échec pour autant. Soyez certain(e) que l’effort que vous avez fourni portera ses fruits, même si c’est plus tard ou différemment.

“Je perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends.” Nelson Mandela

Alors, allez-vous essayer de vous challenger, au moins de temps en temps ? On se retrouve très vite pour notre premier défi ! En attendant, s’il y a des défis qui vous tentent particulièrement, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires ci-dessous. A très vite !