Le sixième sommeil

de Bernard Werber

Envie de vous faire un petit délire sur le thème du sommeil ? Alors ce roman de Bernard Werber est pour vous ! En ce qui me concerne, l’accroche de l’éditeur m’a séduite : “Imaginez qu’au plus profond d’un rêve vous puissiez revenir en arrière, et rencontrer celui que vous étiez vingt ans plus tôt. Imaginez que vous ayez la possibilité de lui parler. Que lui diriez-vous ?...”. Je n’ai pas pu résister à la tentation…. Et je ne l’ai pas regretté !

L’histoire

Le sommeil comporte 5 stades : le sommeil très léger, léger, profond, très profond, et le sommeil paradoxal. Et s’il en existait un 6ème – le sixième sommeil – dont les abysses seraient insondables ? Une chercheuse en est convaincue et consacre sa vie à le découvrir. Elle initie également son fils, Jacques, dès son plus jeune âge, à la pratique des rêves accompagnés, avant de disparaître en Malaisie.

Jacques, devenu adulte, tente de poursuivre les recherches de sa mère. À 28 ans, il rencontre dans son sommeil l’homme qu’il sera 20 ans plus tard. Le Jacques de 48 ans a en effet découvert un moyen de voyager dans le temps à travers les rêves. De rêve en rêve, un dialogue va s’engager entre le jeune et son aîné. Ce dernier va guider le Jacques de 28 ans, jusqu’à sa mère, réfugiée auprès de la tribu des Senoïs, un peuple de Malaisie, qui maîtrise le rêve lucide. Avec eux, il explore encore plus profondément ce sixième sommeil, qui est décidément le stade de tous les possibles !

L’intrigue vous semble peut-être un peu alambiquée. Mais rassurez-vous, la lecture est divertissante et on y apprend pas mal de choses intéressantes sur le sommeil. Quant à l’aventure, elle est délirante, dans le plus pur style de Bernard Werber et, personnellement, j’ai passé un excellent moment à délirer avec les héros. J’en ai rêvé, c’est vous dire !

Quelques mots sur l’auteur

Dès l’âge de 16 ans, Bernard Werber écrit des nouvelles, des scénarios, des pièces de théâtre. Après des études de criminologie et de journalisme, il devient journaliste scientifique. À 30 ans, il rencontre un énorme succès avec son premier roman, Les Fourmis.

Bernard Werber propose un nouveau genre littéraire qu’il nomme « philosophie fiction », mélange de science-fiction, de philosophie et de spiritualité. À travers différents regards exotiques, extérieurs, celui des animaux, mais aussi des arbres, des divinités antiques ou de potentiels extraterrestres, il tente de comprendre la place de l’homme dans l’univers. Je vous ai déjà présenté dans cette rubrique la trilogieTroisième Humanité”, “Les micro humains” et le “La voix de la terre“ qui en constitue un bon exemple.

Bernard Werber est l’un des romanciers les plus lus en France ; il est aussi un véritable auteur-culte en Russie et en Corée du Sud où ses livres se vendent à plusieurs millions d’exemplaires.

Partager l'article :
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.