Quelle est la principale habitude dont vous voudriez vous débarrasser ?

Vous voudriez vous lever plus tôt; ou bien arrêter de fumer; perdre du poids; faire plus de sport; ou encore travailler moins; ou vous sentir moins fatigué…. Bref, certains aspects de votre vie vous déplaisent, vous plombent le moral et vous voudriez les transformer ! Vous rêvez d’une vie où vous en seriez débarrassé(e) ; vous vous imaginez respirant à plein poumons, affichant votre poids idéal sur la balance, maîtrisant vos heures de travail, “pétant la forme” comme on dit…

Alors bien sûr, en janvier, vous avez dressé avec enthousiasme votre liste de bonnes résolutions pour y arriver, bonnes résolutions qui, ma foi, ont déjà capoté en février. Rassurez-vous, vous n’êtes pas une exception. Selon une étude publiée par Newpharma en janvier 2018, 2 français sur 3 prennent de bonnes résolutions mais seuls 5% d’entre eux les respectent toujours sur le long terme.

Regardons de plus près pourquoi les choses se passent ainsi.

Lorsque vous avez formulé vos bonnes résolutions, vous avez probablement imaginé la situation rêvée à laquelle vous aspirez, vous en avez fait un objectif et avez échafaudé un plan d’action, sans doute très ambitieux, pour y arriver. Mais pour être réaliste, tout cela va demander un tel degré d’autodiscipline, une telle énergie, qu’il est quasiment impossible de tenir vos engagements dans le temps. C’est votre démarche elle-même qui est condamnée à l’échec.

Mais ce n’est pas une fatalité. Il existe une autre voie.

Dans votre démarche, vous avez simplement négligé une chose importante : votre situation de départ. La plupart du temps, elle est bien ancrée dans votre vie, solidement fondée sur de vieilles habitudes, de mauvaises habitudes bien sûr. C’est pourquoi, plutôt que de vouloir décrocher la lune en vous imposant des changements trop radicaux, mieux vaut – pour commencer – ne s’attaquer qu’à l’habitude que vous aurez identifiée comme la principale source de la situation à transformer. La remplacer par une bonne habitude ne vous propulsera peut-être pas immédiatement dans la situation parfaite rêvée, mais cette démarche aura le mérite d’amorcer réellement le changement que vous désirez ardemment. Et comme dit le proverbe, qui va piano va sano. Alors, il vaut mieux poser un premier pas qui vous fera réellement progresser, que de tenter un nouveau saut périlleux que vous n’avez quasiment aucune chance de réussir.

Voulez-vous faire ce premier pas ? Alors, pour commencer posez-vous simplement la question suivante :

DE QUELLE MAUVAISE HABITUDE EST-CE QUE JE VOUDRAIS ENFIN ME DÉBARRASSER ?

A ce stade, vous hésiterez peut-être entre plusieurs habitudes. Ne tombez pas dans le piège de vouloir vous attaquer à toutes ces habitudes à la fois. Ce serait à nouveau un “saut périlleux” voué à l’échec. Retenez-en une seule, celle qui vous semble la plus importante, celle dont l’éradication est susceptible de vous procurer le plus de satisfaction. En d’autres termes, demandez-vous ce que vous voudriez changer en tout premier, si un génie sorti de sa lampe vous offrait un voeux et un seul.

Vous avez identifié l’habitude que vous voulez changer ? Bravo ! C’est super ! Maintenant, il ne vous reste plus qu’à prendre une décision : celle d’agir vraiment. 3 étapes clés pour changer une mauvaise habitude – que vous découvrirez ici – vous aideront à mettre en oeuvre cette décision. Allez, c’est parti !


NB : Cette question s’intègre dans un vaste processus d’introspection destiné à vous permettre de garder les rennes de votre existence. Maintenez l’harmonie entre qui vous êtes, ce à quoi vous aspirez, ce que vous faites et ce qui vous entoure.  Découvrez tous les détails dans « La fleur du questionnement ». Et retrouvez-moi dans cette rubrique tous les jeudis, pour n’en rater aucun épisode.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.