Vous souciez-vous du regard des autres ?

Savez-vous ce que regrettent le plus les personnes en fin de vie ? Selon Bronnie Ware, une infirmière australienne qui a passé de nombreuses années à travailler en soins palliatifs, voici le regret le plus fréquemment exprimé (1) : “J’aurais aimé avoir eu le courage de vivre la vie que je voulais vraiment, pas celle que les autres attendaient de moi.” Ça fait réfléchir, non ? Et pour vous, qu’en est-il ?

VOUS SOUCIEZ-VOUS DU REGARD DES AUTRES ?

Si cette question vous interpelle, essayons de la creuser ensemble.

Tout le monde a besoin d’être reconnu pour exister. Souvenez-vous : tout petits, vous vous êtes construit à travers le regard de vos parents, guettant leur approbation pour savoir si ce que vous faisiez était bien. Plus tard, d’autres regards ont été importants pour vous, celui de vos professeurs, de vos amis, de vos amours, de vos adversaires, de vos mentors, de vos collègues, de vos patrons, etc… Ces regards ont été autant de miroirs dans lesquels vous avez tantôt cherché la confirmation de votre valeur, de votre appartenance au groupe et de votre compatibilité avec ses codes, tantôt la confirmation de votre différence, de votre individualité. Et ce que vous ont renvoyé ces miroirs a contribué à forger votre personnalité.

Il est donc tout à fait normal de vous soucier du regard des autres : à moins de vivre en ermite, je ne vois pas trop comment vous pourriez faire autrement.

En revanche, si le poids de ces regards devient trop lourd, s’il vous freine, voire vous paralyse, là, cela devient problématique. Si vous vous sentez en permanence jugé, surveillé, jaugé, avec la peur de ne pas être à la hauteur, d’être critiqué ou moqué, alors le regard des autres a pris dans votre vie un pouvoir qu’il ne mérite pas, rognant peu à peu votre confiance en vous !

Si c’est le cas, il est grand temps de reprendre le pouvoir et voici quelques pistes de réflexion pour vous y aider !

Premièrement, le regard des autres n’a sans doute pas le poids et le pouvoir que vous lui prêtez :

  • Ce que pensent les autres ne correspond pas forcément à ce que vous imaginez. Vous ne lisez pas dans leurs pensées, ou bien ? Alors pourquoi êtes-vous si sûr qu’ils vont mal vous juger ?
  • Ce que pensent les autres n’engage qu’eux et ne peut avoir sur vous que l’impact que vous l’autorisez à avoir. Leur opinion ou leur jugement est toujours le résultat d’une interprétation faite à l’aulne de leurs expériences, leurs croyances et leurs références…. qui ne sont pas nécessairement les vôtres. Et pourquoi les vôtres auraient-elles moins de valeurs que les leurs ?
  • Le regard des autres est toujours limité : vous êtes bien plus que ce qu’ils voient de vous. Alors pourquoi, vous laisseriez-vous définir par ce qu’ils pensent de vous ?

Deuxièmement, votre peur du regard des autres a bien souvent sa source dans vos propres comportements :

  • Peut-être voulez-vous plaire à tout le monde ? Vous vivez alors dans la crainte permanente de décevoir, d’être critiqué, rejeté, abandonné. Au fond, vous n’êtes jamais vous-même, mais toujours dans l’attente de l’approbation des autres. Alors prenez conscience d’une chose : vous avez le droit à l’erreur, vous avez le droit à l’imperfection ! Par conséquent, osez prendre le risque de déplaire et décevoir, ce n’est pas la fin du monde, vous verrez !
  • Peut-être vous focalisez-vous trop sur les jugements négatifs au détriment des remarques positives ? Alors changez de perspective. Et pour ce faire, commencez donc par n’exprimer que des jugements positifs sur les autres, cherchez ce qu’il y a de mieux en eux, vous verrez que cela finit par être communicatif !
  • Peut-être aussi, prenez-vous les choses trop à coeur, en pensant que les autres jugent votre personne, alors que le plus souvent, ils réagissent simplement à un comportement ou à une situation. Et sur ce dernier point, lâchez prise et ne retenez que ce qui est constructif.
  • Peut-être manquez-vous d’estime personnelle ; parfois, en effet, le regard que l’on porte sur soi-même est perçu comme celui des autres.
  • Peut-être êtes-vous mal entouré, sous l’emprise de personnes toxiques et manipulatrices. Efforcez-vous de les repérer et fuyez-les si vous pouvez. Et si vous ne le pouvez pas, dites-vous que vous valez bien mieux qu’eux et que leur regard ne dit absolument rien sur vous, mais bien plus sur eux !
  • Et enfin, pardonnez-moi d’être aussi directe, mais peut-être êtes-vous un brin égocentrique, si vous pensez que les autres sont sans arrêt en train de vous juger, de vous surveiller, de relever le moindre de vos faits et gestes, de vos maladresses ou erreurs ou défauts. Ne croyez-vous pas qu’ils ont mieux à faire ?

En conclusion, le regard des autres est important : il peut vous rassurer, vous faire grandir, il vous rattache aux autres, il noue le lien social. Mais en aucun cas, il n’est votre maître : alors soyez vous-même, cessez de penser que les autres sont plus importants que vous, faites les choses pour vous, pour votre propre plaisir. Bref, pour ne pas souffrir du regard des autres, changez votre regard sur vous.


NB : Cette question s’intègre dans un vaste processus d’introspection destiné à vous permettre de garder les rennes de votre existence. Maintenez l’harmonie entre qui vous êtes, ce à quoi vous aspirez, ce que vous faites et ce qui vous entoure.  Découvrez tous les détails dans « La fleur du questionnement ». Et retrouvez-moi dans cette rubrique tous les jeudis, pour n’en rater aucun épisode.

____________________________

(1) The Top Five Regrets of the Dying (Les 5 plus grands regrets des mourants).

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •